Sophie se branle dans chambre. A côté, Son père, qui s’excite sur des photos porno dans sa chambre, entend du bruit et surprend sa fille en train de se faire vibrer le clitoris.

Sophie est venue habiter chez son père après sa séparation. Le temps passant, elle est en manque et se branle régulièrement avec son vibro. Elle n’est pas vraiment discrète, trop chienne pour ça! Elle jouit bruyamment, tandis que dans la chambre d’à côté son père est en train de lire des revues pornos.

Alerté par ces bruits, son père, Bernard, va écouter à sa porte qu’il entrouvre ensuite. Il voit sa salope de fille se démener comme une folle sur son lit en se massant le clito. La salope est surprise, surtout qu’en bon paternel qui promet de ne rien dire à maman des bêtises de sa fifille, il se présente la queue à l’air. Désirant que ça ne s’ébruite pas, Sophie embouche la bonne bite dressée de son papa et s’applique à faire une fellation dans les règles comme les aimait son ex. Son père la rassure, elle est une bonne et grande fille, et si elle a des besoins, son papa est là pour les combler. Il zyeute les énormes loches de sa fille en chaleur et enchaîne avec une sacrée branlette espagnole.

Sa pute de fille est douée et elle a vite envie d’être baisée dans les règles de l’art. Une petite levrette pour commencer, ça va lui permettre d’exhiber son gros cul et exciter au maximum son père qui est au comble de la joie d’user ainsi de sa fille. Il l’assoit ensuite sur elle, lui titille l’anus et la prépare à une bonne sodo. Il la retourne et lui introduit sa queue dans le trou du cul en la faisant rebondir sur ses cuisses. La salope ne se sent plus, elle crie et sa cyprine coule le long des jambes de son géniteur.

Une fois son conduit anal bien ramoné, le paternel la fait mettre à genoux, lui intime l’ordre d’ouvrir bien la gueule et il lui déverse dans la bouche un flot de sperme dont elle se régale. La salope avale en regardant son père avec reconnaissance et admiration, un filet de jute coule à la commissure de ses lèvres.

Vidéo porno tabou

Père Fille